samedi 24 novembre 2012

Marrakech avec les enfants - 3 - Aventure en taxi, souk

Mercredi - Jour 4 matinée

Monsieur A a bien dormi. Petit déjeuner avec pain marocain, céréales, abricots secs, vrai jus d'orange et café au lait.

Les Châtelains essaient une nouvelle technique de déplacement (non, ce n'est pas la marche en crabe), recommandée par leur ami marocain : prendre deux petits taxis au lieu d'un grand. Oui, parce qu'il faut le savoir, il y a deux sortes de taxis, les Dacia, petites voitures, limitées à 3 passagers (même les bébés comptent), et les vieilles Mercedes, grandes voitures qui acceptent 6 passagers. Autant le dire de suite, la Châtelaine mettra bien dix jours à les distinguer, au grand dam du Châtelain...

Le prix "standard" d'une course en grand taxi, c'est 50 Dh, même si les Châtelains négocient toujours et montent pour 40 Dh. Les petits taxis ont un compteur qui semble être en panne pour les touristes, pas de bol, hein? Le prix de la course varie donc selon la d i s t a n c e, la circulation, l'heure qu'il est, la température extérieure, la couleur des vêtements et la première lettre du prénom de la personne assise à l'arrière. Une course dans Marrakech avec le compteur coûte entre 8 et 15 Dh. Donc, si on compte correctement, on s'aperçoit vite que 2 petits taxis valent moins cher que 1 grand taxi.

Il faut mettre en pratique la théorie maintenant, et c'est là qu'on rigole...

Les Châtelains ne faisant pas les choses comme tout le monde, décident d'aller "souker" (ou se promener dans le souk) dans les souks du nord de la Médina, les souks où les ateliers jouxtent les boutiques. C'est bien plus intéressant d'après eux que le grand souk, proche de La place qui ne compte qu'une multitude de boutiques similaires. Pour les enfants, c'est 17 fois mieux, au moins, ils verront comment sont fabriqués les articles exposés.

Mais encore faut-il y arriver...

Les Châtelains se séparent (pour économiser 10 Dh, soit un peu moins d'1 euro), rendez-vous devant le Musée de Marrakech à côté de la mosquée Mouassine.

La Châtelaine monte avec Monsieur R et Mademoiselle O dans un taxi. Mais ce qui n'est pas dit au départ, c'est que l'adresse donnée n'est pas accessible aux véhicules pour cause d'étroitesse des rues. Quand le taxi ne peut plus continuer, c'est un jeune garçon qui guide le petit monde sous la pluie (et oui, pas de chance) dans le dédale des ruelles de la Médina.

Quasiment certains de devoir attendre le Châtelain et Monsieur A quelques heures, c'est une vraie surprise que de les voir déjà là!!! Mais comment ont-ils fait? Eux aussi racontent leur aventure : Ils ont été emmenés devant le Musée de Marrakech par le taxi, mais ce n'était pas le bon musée. Pour faire simple, les Marrakchis ont 2 "Musée de Marrakech" dans la Médina... Ils ont ensuite marché pour se rendre au point de rendez-vous initial.

Le fait d'avoir réussi à se rejoindre paraît aux Châtelains tenir du miracle.

Ils se promènent ensuite dans le souk, au fil des différents guides improvisés. Ce sont les souks du nord, avec des ateliers derrière les boutiques. Les Châtelains voient ainsi les gros chaudrons dans lesquels les teintures se font, avec les différents pigments naturels utilisés. Ils ont droit à une petite démonstration assez étonnante : une pâte jaune fluo donne du violet, et une poudre marron donne du "bleu touareg"! Le vendeur noue des foulards autour des têtes de Mademoiselle O et de Monsieur R à la manière des touaregs du désert. Ils regardent aussi des tapis berbères en laine tissée, avec deux messieurs qui tissent dans l'arrière boutique sur leur métier à tisser actionné par une grande pédale de bois.


Ils déambulent ainsi dans les ruelles bordées de minuscules boutiques, c'est très agréable puisqu'il n'y a que très peu de monde vu l'heure. Ils débouchent sur une petite place où des animaux sont exposés : petites et grosses tortues, caméléons, iguanes (empaillés).

 En entrant dans une magnifique herboristerie, décorée du sol au plafond de sculptures en stuc et plâtre, un grand monsieur invite la famille à le suivre dans "sa maison". Intrigués, les Châtelains le suivent dans une pièce de démonstration pour touristes. Il y a des centaines de bocaux colorés au mur. Chaque bocal contient qui une épice, qui une herbe, qui une poudre... Ils ont droit à de nombreuses explications,  à sentir différentes odeurs. Pour terminer, le Châtelain et Mademoiselle O se font masser la nuque et les épaules à l'huile d'argan : un petit moment doux et délicieux.

1 commentaire:

  1. Très chouette, ce voyage ! merci pour le(s) récit(s) !
    A bientôt !

    RépondreSupprimer

samedi 24 novembre 2012

Marrakech avec les enfants - 3 - Aventure en taxi, souk

Mercredi - Jour 4 matinée

Monsieur A a bien dormi. Petit déjeuner avec pain marocain, céréales, abricots secs, vrai jus d'orange et café au lait.

Les Châtelains essaient une nouvelle technique de déplacement (non, ce n'est pas la marche en crabe), recommandée par leur ami marocain : prendre deux petits taxis au lieu d'un grand. Oui, parce qu'il faut le savoir, il y a deux sortes de taxis, les Dacia, petites voitures, limitées à 3 passagers (même les bébés comptent), et les vieilles Mercedes, grandes voitures qui acceptent 6 passagers. Autant le dire de suite, la Châtelaine mettra bien dix jours à les distinguer, au grand dam du Châtelain...

Le prix "standard" d'une course en grand taxi, c'est 50 Dh, même si les Châtelains négocient toujours et montent pour 40 Dh. Les petits taxis ont un compteur qui semble être en panne pour les touristes, pas de bol, hein? Le prix de la course varie donc selon la d i s t a n c e, la circulation, l'heure qu'il est, la température extérieure, la couleur des vêtements et la première lettre du prénom de la personne assise à l'arrière. Une course dans Marrakech avec le compteur coûte entre 8 et 15 Dh. Donc, si on compte correctement, on s'aperçoit vite que 2 petits taxis valent moins cher que 1 grand taxi.

Il faut mettre en pratique la théorie maintenant, et c'est là qu'on rigole...

Les Châtelains ne faisant pas les choses comme tout le monde, décident d'aller "souker" (ou se promener dans le souk) dans les souks du nord de la Médina, les souks où les ateliers jouxtent les boutiques. C'est bien plus intéressant d'après eux que le grand souk, proche de La place qui ne compte qu'une multitude de boutiques similaires. Pour les enfants, c'est 17 fois mieux, au moins, ils verront comment sont fabriqués les articles exposés.

Mais encore faut-il y arriver...

Les Châtelains se séparent (pour économiser 10 Dh, soit un peu moins d'1 euro), rendez-vous devant le Musée de Marrakech à côté de la mosquée Mouassine.

La Châtelaine monte avec Monsieur R et Mademoiselle O dans un taxi. Mais ce qui n'est pas dit au départ, c'est que l'adresse donnée n'est pas accessible aux véhicules pour cause d'étroitesse des rues. Quand le taxi ne peut plus continuer, c'est un jeune garçon qui guide le petit monde sous la pluie (et oui, pas de chance) dans le dédale des ruelles de la Médina.

Quasiment certains de devoir attendre le Châtelain et Monsieur A quelques heures, c'est une vraie surprise que de les voir déjà là!!! Mais comment ont-ils fait? Eux aussi racontent leur aventure : Ils ont été emmenés devant le Musée de Marrakech par le taxi, mais ce n'était pas le bon musée. Pour faire simple, les Marrakchis ont 2 "Musée de Marrakech" dans la Médina... Ils ont ensuite marché pour se rendre au point de rendez-vous initial.

Le fait d'avoir réussi à se rejoindre paraît aux Châtelains tenir du miracle.

Ils se promènent ensuite dans le souk, au fil des différents guides improvisés. Ce sont les souks du nord, avec des ateliers derrière les boutiques. Les Châtelains voient ainsi les gros chaudrons dans lesquels les teintures se font, avec les différents pigments naturels utilisés. Ils ont droit à une petite démonstration assez étonnante : une pâte jaune fluo donne du violet, et une poudre marron donne du "bleu touareg"! Le vendeur noue des foulards autour des têtes de Mademoiselle O et de Monsieur R à la manière des touaregs du désert. Ils regardent aussi des tapis berbères en laine tissée, avec deux messieurs qui tissent dans l'arrière boutique sur leur métier à tisser actionné par une grande pédale de bois.


Ils déambulent ainsi dans les ruelles bordées de minuscules boutiques, c'est très agréable puisqu'il n'y a que très peu de monde vu l'heure. Ils débouchent sur une petite place où des animaux sont exposés : petites et grosses tortues, caméléons, iguanes (empaillés).

 En entrant dans une magnifique herboristerie, décorée du sol au plafond de sculptures en stuc et plâtre, un grand monsieur invite la famille à le suivre dans "sa maison". Intrigués, les Châtelains le suivent dans une pièce de démonstration pour touristes. Il y a des centaines de bocaux colorés au mur. Chaque bocal contient qui une épice, qui une herbe, qui une poudre... Ils ont droit à de nombreuses explications,  à sentir différentes odeurs. Pour terminer, le Châtelain et Mademoiselle O se font masser la nuque et les épaules à l'huile d'argan : un petit moment doux et délicieux.

1 commentaire:

  1. Très chouette, ce voyage ! merci pour le(s) récit(s) !
    A bientôt !

    RépondreSupprimer